MARVIN TATE – voice, poetry
GERRIT HATCHER – tenor saxophone
ERWAN KERAVEC – bagpipes
GASPAR CLAUS – cello
LIA KOHL – cello

 

TOUR SCHEDULE

11/02 – QUARTIER LIBRE DES LENTILLIÈRES, ZUTIQUE PROD @ DIJON
précédé de l’ensemble Slopidjo

12/02 – JAZZ À POITIERS @ LE CONFORT MODERNE, POITIERS

13/02 – PLAGES MAGNÉTIQUES @ LE VAUBAN, BREST
précédé de l’ensemble Krystal Mundi 

15/02 – UN PAVÉ DANS LE JAZZ @ THÉÂTRE DU PAVÉ, TOULOUSE
précédé du duo Marion Jo & Sarah Brault

17/02 – ACT’AL @ LE FRIGO, ALBI

18/02 – LE PETIT FAUCHEUX, TOURS

21/02 – LA DYNAMO DE BANLIEUES BLEUES, PANTIN
précédé de l’ensemble Die Hochstapler

22/02 – LE PÉRISCOPE, LYON
 

The Bridge et la tournée “The Bridge #2.03” sont soutenus par le Ministère de la Culture et de la Communication, la Sacem, le Fonds pour la Création Musicale, le Centre National des variétés et du Jazz/Centre National de la Musique, l’Adami, la Spedidam & l’Onda.
 
Quatre As et une Dame, évidemment, et toutes les combinaisons de l’inimaginable, tous les équilibres, tous les déséquilibres.
 
D’abord entre un poète à la conscience écarquillée, un hallucinant sonneur de cornemuse, un saxophoniste à la diable, et deux violoncellistes en embuscade, en chiffonnade. Chacun et chacune ayant veillé à s’enraciner dans un territoire ou une histoire (du franc-parler du ghetto de Chicago à tous les vents de la Bretagne, du jazz à la pop ou à l’impro, du moment que s’ouvrent des chemins de traverse), tout en restant libre de ses mouvements, de tout reprendre à zéro et à l’infini. Chacune et chacun ne voyant ou n’entendant les choses qu’à sa généreuse manière, tirant dans sa direction tout en étant attiré par les directions que découvrent les quatre autres. Pentacle.
 
Non seulement une instrumentation hétérodoxe, et même inouïe, mais surtout une manière de faire dire autre chose à une matière sonore d’une incroyable densité, d’une incroyable ductilité.  Car ça ne s’arrête pas là, jamais, ça n’est pas qu’une affaire d’instrumentation, aussi fantasmagorique soit-elle, et celle-ci l’est assurément : c’est une affaire de personnalités, de sensibilités et de stratégies. Négocier les virages, la proximité et la distance, négocier les croisées et les intersections que The Bridge continue de favoriser avec ce troisième ensemble d’un second cycle.Ils ont commencé à envisager les choses ainsi : comme la création en musique d’un champ magnétique.